Comprendre le burnout en 5 questions

investissez

Le mot burnout est devenu d’usage courant ces dernières années, à tel point qu’il est souvent utilisé comme un mot valise qui recouvre des cas de harcèlement ou de dépression en passant par une fatigue intense. Tout le monde a entendu parler ou à dans son entourage une personne souffrant de burnout et les articles sur le sujet sont légion dans la presse grand public.
Des chiffres sont avancés : en France, en 2012, le taux de prévalence de souffrance psychique au travail était de 3,1% chez les femmes et de 1,4% chez les hommes et en 2015, le nombre de personnes en souffrance psychique au travail était estimé à 490 000. Mais ces chiffres sont à prendre avec précaution dans la mesure où tout le monde ne parle pas de la même chose…

#1 Comment se manifeste un burnout ?

Le syndrome d’épuisement professionnel – traduction de burnout en français – peut se manifester de différentes façons. Il s’agit bien sûr d’un épuisement donc de la sensation d’une fatigue insurmontable que le repos « normal » – week-ends, vacances – ne suffit pas à éliminer.

 

5 catégories de symptômes sont répertoriées dans la littérature scientifique :

  • Des manifestations physiques comme des troubles du sommeil, des douleurs, en particulier dans le dos, dans la nuque, une perte de poids ou au contraire une prise de poids, etc.
  • Des manifestations comportementales et interpersonnelles marquées par une tendance à l’isolement, à l’agressivité, etc.
  • Des manifestations émotionnelles comme des angoisses, une humeur triste, une forme d’irritabilité ou au contraire aucune manifestation émotionnelle
  • Des manifestations cognitives comme le fait d’avoir du mal à se concentrer, de commettre des erreurs, etc.
  • L’expression d’une auto-dévalorisation

#2 Quelles sont les causes majeures de burnout ?

Historiquement, à la fin des années 70, le burnout a d’abord été décrit pour les personnels soignant ou investis dans une relation d’aide à la personne. Ce qui était alors en cause, c’était la difficulté de faire face à la souffrance des patients en particulier lorsque les soulager était impossible ; le sentiment de ne pas avoir les moyens de faire correctement son travail.

 

Le burnout est la rencontre d’un environnement de travail et d’une personnalité. D’un environnement de travail qui globalement ne permet pas à la personne d’avoir les ressources nécessaires pour accomplir son travail : ces ressources pouvant être plus de temps, le droit à l’erreur, le soutien social, etc. ou qui ne reconnaît pas le travail accompli. D’une personnalité fortement investie dans son activité et qui petit à petit se sent démunie et remise en cause dans son activité professionnelle.

Culturellement, le curseur n’est pas situé au même endroit selon les pays. En France, par exemple, le code du Travail et les intervenants spécialisés préconisent une intervention au niveau de l’organisation du travail en cas de souffrance des salariés. Aux Pays-Bas, en revanche, la prise en charge est avant tout individuelle : c’est la charge de travail de l’individu en souffrance qui sera aménagée sans que l’on repense nécessairement l’organisation collective.

#3 Qu’est-ce que n’est pas un burnout ?

Le burnout n’est pas une maladie mentale, c’est un processus : une personne manifestera un certains nombres de signes avant d’être victime de burnout. Par définition, l’épuisement n’est pas instantané mais se manifeste au fil du temps.

 

Le burnout n’est pas non plus une dépression, même s’il peut conduire à un état dépressif. Son ancrage est avant tout professionnel.

Le burnout n’est pas non plus l’équivalent d’une addiction au travail (workaholic).

#4 Y a-t-il des personnes plus à risque de connaître un burnout ?

C’est une question qui est souvent débattue. Si l’âge ne semble pas jouer de rôle, il semble que les femmes soient davantage à risque que les hommes.

 

Toutes les professions sont touchées, y compris les personnes travaillant sous le statut d’indépendant alors que l’on pourrait penser que leur autonomie les protège.

#5 Peut-on se remettre d’un burnout ?

Oui, à condition d’être accompagné et que la situation de travail qui a mené à l’épuisement soit modifiée. Autrement dit, il est nécessaire de comprendre ce qui a conduit au burnout, les signaux à reconnaître en amont et de reprendre progressivement le travail dans une situation améliorée.

 

Pour en savoir plus sur le burnout, ce dossier publié sur le site du ministère du Travail est un bon point de départ : Le burnout sur le site du ministère du Travail

Pour apprendre comment un bilan de compétences peut accompagner la période post-burnout, c’est ici.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s