Le centre Pompidou a 40 ans. Et vous la quarantaine, ça se passe comment?

À sa création, le centre Pompidou faisait scandale. Son architecture avant-gardiste pour l’époque faisait qu’on le surnommait la « raffinerie ».
Depuis, de l’eau est passée sous les ponts et le musée a trouvé sa place parmi les grands musées du monde. 40 ans, pour un musée, c’est donc l’âge de la consécration, à en juger par les cérémonies organisées pour fêter cet anniversaire.

40-ans

Il semblerait que chez les humains, 40 ans soit davantage l’âge de la remise en question, en particulier dans la sphère professionnelle puisque 77% des Français estiment que le passage de la quarantaine « change leur rapport au travail » (d’après une enquête Opinionway de 2016).

40 ans : la mi-temps de la vie ?

Que nous vivions plus vieux aujourd’hui qu’hier n’y change rien : il arrive un moment où de nouvelles questions surgissent.

  • Quelle trace vais-je laisser après ma mort ?
  • Suis-je satisfait(e) de ma situation professionnelle actuelle ?
  • Est-ce que je m’épanouie dans mon activité ?
  • Est-ce que j’ai réalisé les rêves de mes 20 ans ?
  • Mon activité vaut-elle vraiment la peine que je passe si peu de temps avec les miens ?

Au-delà, bien entendu, c’est la question du sens qui se pose. Et cette question est en réalité extrêmement commune – et pas uniquement l’apanage de quelques individus doués pour l’introspection. C’est une prise de conscience largement répandue puisque des données existent pour plus de 50 pays. Notre niveau de satisfaction au regard de notre vie professionnelle et de notre vie tout court, a la forme d’un U – quand tout va bien, et d’un L quand les choses ne s’améliorent pas après une phase d’ajustement.

L’âge affecte notre niveau de satisfaction générale, mais de façon temporaire. Voilà l’enseignement de ces études. Pour autant, à vivre, l’étape est difficile :

  • Parce qu’on pense être un cas unique
  • Parce qu’on ne sait pas que les choses peuvent et vont s’améliorer
  • Parce que les circonstances : décès de nos parents, enfants qui quittent le foyer, nous laissent meurtris
  • Parce que professionnellement, on devient un senior…

Rebondir ? Mais comment ?

Pas toujours facile de trouver le moyen de s’en sortir. Les entreprises ont encore souvent tendance à concevoir la carrière comme un processus linéaire ascensionnel, avec des changements de postes et de responsabilités réguliers.

Ce que nous montrent les études, c’est que l’insatisfaction ressentie à cette étape de la vie pourrait être d’une part anticipée et d’autre part rendue supportable par sa prise en compte. H. Schwandt propose que les entreprises mettent en place un système de mentoring permettant d’accompagner cette période de la vie professionnelle et qu’elles réfléchissent à des parcours professionnels permettant de se réorienter vers des activités qui seront davantage porteuses de satisfaction.

Puisque cette phase de la vie semble être inévitable, faut-il toujours penser à une réorientation professionnelle pour s’en sortir ?

Si la question du sens reste au cœur de la satisfaction au travail, elle ne s’exprime pas de la même façon pour tous. Lorsque l’on parle de sens au travail, les premiers exemples qui viennent à l’esprit ont souvent à voir avec changer le monde (travailler dans une ONG), venir en aide aux autres (métiers du soin), créer (artisanat, métiers d’art)… quitter un monde de réunions et de dossiers pour une activité plus ancrée dans le quotidien et produisant des résultats tangibles.

L’expérience de l’accompagnement en bilan de compétences montre que ces demandes sont fréquentes, qu’à cette période de la vie resurgit souvent un métier désiré dans l’enfance, puisqu’il s’agit bien d’accomplir ce à quoi on pensait devoir renoncer.

Est-il possible de trouver ce type de motivation sans pour autant totalement changer de vie… en étant mentor dans son entreprise, en participant à  des projets « éthiques » au sein de son entreprise, en s’investissant dans des activités bénévoles ? Chaque situation est unique et mérite d’être explorée individuellement, mais un changement radical n’est pas toujours la solution.

Pour en savoir plus sur l’accompagnement et le bilan de compétences : regardez notre offre d’accompagnement.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s