Personal branding et stratégie de recherche d’emploi

[temps de lecture : 6 minutes]

Nouveau ou pas le personal branding ? Cette image de marque professionnelle a-t-elle toujours existé ? Certainement, dans l’entrepreneuriat : lorsque les commerces portaient le nom de leur fondateur, d’une famille que tous les clients pouvaient identifier et reconnaître. Et depuis plusieurs années déjà, l’idée d’une image de marque professionnelle a fait irruption dans le monde des salariés et des personnes en recherche d’emploi.

Anglicisme insupportable pour les uns, indice d’une transformation des relations de travail pour les autres, le personal branding, qu’on le désigne ainsi ou pas, a à voir avec son image, son positionnement mais aussi avec la construction de son parcours professionnel.

köle (4)

Prenons l’exemple, volontairement éloigné des emplois de direction ou de management, d’une puéricultrice en recherche d’emploi : elle a accompli les 8 premières années de son parcours professionnel dans des structures de type Montessori. Son image de marque professionnelle est maintenant celle d’une personne qualifiée pour travailler dans des structures « alternatives » (même si Montessori est de plus en plus répandu, ce n’est pas le débat ici) qui ont une forte image de marque. Son profil sera-t-il intéressant pour une structure dite classique ? Si en plus, elle participe à des groupes de discussions sur des réseaux sociaux ou a un profil LinkedIn qui témoigne de son engagement dans ces méthodes éducatives… son image de marque est construite et affichée.

Autrement dit, nul besoin d’être vice-président, CEO ou manager pour avoir une image de marque professionnelle. Cela dit, faire la promotion de cette image de marque nécessite de l’avoir identifiée et de savoir la mettre en valeur sur son CV et son profil LinkedIn, sans nécessairement tomber dans l’extrême : ”We are CEOs of our own companies: Me Inc.” (http://bit.ly/2dHAcq9)

Les CEO, les managers et les entrepreneurs ne sont pas les seuls a avoir une image de marque professionnelle

Et oui, les évolutions des modes de recrutement – c’est-à-dire l’usage massif des réseaux sociaux – ont transformé les relations de travail dans la mesure où la formation et les qualifications seront plus souvent minimisées au profit du parcours et du réseau professionnel – et ce d’autant plus que ceux-ci seront mis en valeur. Mais cette évolution ne date pas du développement d’internet : à la fin des années 90, déjà, ce qui était alors le CNPF en France introduisait la notion de compétences à la place des qualifications et le mouvement était lancé pour que chaque salarié devienne responsable de son employabilité.

Le développement du concept de marque professionnelle est donc dû à la concordance de trois facteurs : 1) l’augmentation du taux de chômage et la nécessité de sortir du lot pour retrouver un emploi, 2) le développement d’internet et des réseaux sociaux, 3) le transfert de la responsabilité de son employabilité au salarié.

Qu’est-ce qu’une image de marque professionnelle?

Ce que n’est pas le personal branding

L’idée n’est pas de parler de soi en permanence ou d’inonder les réseaux sociaux avec une communication auto-promotionnelle. Installer et promouvoir son image de marque professionnelle n’a pas grand-chose à voir avec les frasques auto-fictionnelles de la famille Kardashian !

köle (5)

Les 2 aspects du personal branding : parcours et promotion de son image

Comme le montre l’exemple cité plus haut, votre parcours participe à la construction de votre image de marque professionnelle: que vous ayez été fidèle à un secteur d’activité ou à un type d’entreprise, voire à une seule entreprise, ou qu’au contraire, vous ayez plusieurs expériences très différentes les unes des autres.

Trouver le fil rouge de votre parcours, ce qui vous fait sortir du lot est une des démarches de définition de votre marque professionnelle.

Il en est de même de ce que vos collègues, managers, clients ou fournisseurs disent de vous. Quel rôle jouez-vous spontanément auprès de ces différentes parties prenantes ? Comment décrivent-elles votre action ? Pensez aux recommandations que vous avez reçues sur LinkedIn (et si vous n’en avez pas, c’est le moment d’en demander !).

Est-il possible de redéfinir votre marque (rebranding) ?

Par exemple lorsque vous souhaitez changer de métier ou de secteur ? C’est un des défis de la réorientation professionnelle : postuler à des emplois que l’on n’a jamais exercés ou dans des secteurs nouveaux.

Là encore, il est important d’être capable de tirer de son expérience les compétences dites transférables, c’est-à-dire celles qui ne sont pas directement liées à un métier. Il s’agit souvent de ce que l’on appelle les soft skills : des compétences comme la capacité à communiquer, à s’adapter à un environnement interculturel, mais aussi, la gestion de projet, par exemple. La capacité à produire et à communiquer de la connaissance à différentes parties prenantes, ou encore le sens de la relation et du service client… et ce ne sont que quelques exemples.

Promouvoir son image de marque professionnelle, c’est…

Être cohérent dans sa communication : ne pas chercher tous azimuts, savoir pour quelles entreprises on peut et veut travailler et…

Savoir comment trouver et s’adresser à ces entreprises. On ne se présente pas de la même façon à une start-up ou à une entreprise du CAC40…

Avoir trouvez le fil rouge de son parcours professionnel et être capable de le mettre en valeur dans tout le matériel de la recherche d’emploi : CV, profil LinkedIn et lettre de motivation.

köle (6)

Au-delà, c’est avoir fait un travail suffisant pour savoir ce que l’on est capable de proposer à une entreprise. Autrement dit, il ne s’agit pas (seulement) de parler de soi mais plutôt de parler de ce que l’on sait faire.

Et comme décrire son expérience lors des entretiens se suffit pas, il est nécessaire d’assurer sa visibilité par une présence construite et active sur les réseaux – a minima sur LinkedIn. Et…

Limiter l’accès à des profils ou des activités en ligne qui pourraient nuire à votre image de marque professionnelle. On le dit et on le répète, tous les recruteurs utiliseront Google pour vous chercher en ligne : un ancien profil peut poser problème, des échanges peu aimables sur Twitter aussi. Et le meilleur moyen de dissimuler ces profils ou comportements du passé est de produire du contenu qui colle à l’image que vous voulez donner.

köle (7)

Vous l’aurez compris, construire et installer son image de marque professionnelle prend du temps. Pour ne pas perdre le fil, n’hésitez pas à faire régulièrement le point sur ce que vous avez mis en œuvre, ce que vous avez entrepris – si cela vous est possible, faites le point avec une personne qui saura pointez les éventuelles incohérences et vous demander des « comptes ».

Rien de révolutionnaire finalement dans le personal branding, mais une démarche consciente et cohérente de mise en valeur de ses atouts et de réflexion sur son évolution professionnelle.


Pour vous accompagner dans la démarche de vous positionner professionnellement, nous avons préparer un guide en 4 étapes.
En le téléchargeant, vous vous inscrirez à notre newsletter – mais il sera très simple de vous désinscrire!

 Guide


Laisser un commentaire